L'ongle Incarné

L'ongle incarné est un problème fréquent touchant surtout le gros orteil. Il est favorisé par une mauvaise coupe de l'ongle et des traumatismes répétés (chaussures trop étroites...). Il se traduit par un bourrelet autour de l'ongle, douloureux et rouge qui peut s'infecter en l'absence de traitement.

Qu'est-ce que l'ongle incarné ?

Un ongle est incarné quand il pénètre dans les tissus qui limitent ses bords latéraux. Il s'ensuit une réaction inflammatoire puis, en l'absence de traitement précoce, une infection.
C’est une pathologie des ongles des pieds et particulièrement du gros orteil.

Anatomie de l'appareil unguéal

L'ongle est formé par de la kératine qui repose sur le lit unguéal. Ses bords fixes sont entourés par un repli cutané appelé « repli unguéal ».

 

©CNAMTS 2012

 

Les facteurs favorisant l'apparition de l'ongle incarné

Il existe des facteurs qui favorisent l'apparition d'un ongle incarné. Parmi eux : 

  • la mauvaise coupe de l'ongle : c'est le facteur le plus important. L'ongle doit dépasser le bord libre de l'orteil de deux à trois millimètres. Si l'ongle est taillé en demi-cercle, trop court sur les bords, la peau recouvrira le bord de l'ongle et celui-ci poussera en s'enfonçant dans le derme ;
  • l'oubli d'un fragment d'ongle, pratiquement invisible, dans le sillon péri-unguéal ;
  • des chaussures mal ajustées, trop étroites, exerçant des points de pression ;
  • la transpiration importante (hypersudation) ;
  • des modifications osseuses secondaires à l'arthrose ;
  • des troubles de la statique du pied avec un mauvais déroulement du pas ;
  • des anomalies de forme ou d'épaisseur de l'ongle ;
  • une hypertrophie du tissu péri-unguéal ;
  • un conflit entre le premier et le second orteil ;
  • des traumatismes : un ongle peut s'incarner suite à un choc violent (choc sur l'orteil, coup de pied dans un ballon, etc.). Il se crée alors un traumatisme de l'ongle avec une cassure et un morceau d'ongle pénètre dans la chair ;
  • certaines maladies peuvent entraîner la modification des ongles ou une diminution de la vascularisation périphérique (diabète...).

 

Les symptômes de l'ongle incarné

Les principaux symptômes de l'ongle incarné sont les suivants :

  • une douleur autour de l'ongle, surtout à la pression ;
  • une rougeur et un gonflement, voire parfois une coupure de la peau puis l'apparition d'un bourrelet autour de l'ongle.

Il y a plusieurs stades d'ongle incarné. Apprenez à les reconnaître.

 

Le premier stade de l'ongle incarné

  • L'atteinte est légère. La douleur est modérée, intermittente et ressentie lors du chaussage ou d’une activité sportive. L’ongle est enchâssé dans le sillon et la pression des bourrelets est sensible. 

 

Le deuxième stade de l'ongle incarné

  • La douleur est plus vive quasi permanente et, augmentée par le chaussage. Elle peut gêner la marche. Le repli de peau autour de l'ongle (bourrelet péri-unguéal) devient rouge, chaud et tuméfié. Il n'y a pas d'écoulement. La douleur est aiguë lorsqu'on appuie

 

Le troisième stade de l'ongle incarné

  • L'atteinte est grave. La douleur est importante, le bourrelet péri-unguéal a augmenté de volume (hypertrophié) ; il est irrité et très douloureux. Survient ensuite un écoulement purulent et malodorant. Puis un bourgeonnement charnu ressemblant à une framboise, saignant facilement appelé botryomycome apparaît. Il est dû à l'infection chronique.

Quels sont les traitements des ongles incarnés ?

 

Chez les nourrissons et les petits-enfants

L’hypertrophie des bourrelets latéraux – elle régresse toute seule et ne nécessite en général aucun traitement.
La malformation congénitale du gros orteil – elle s’améliore souvent avec l’âge, mais l’ongle peut chuter à chaque fois qu’il repousse, ou rester dévié, ondulé et épaissi. L’incarnation sur le côté ou à l’avant peut se produire et nécessiter une intervention chirurgicale. Dans certains cas, on peut améliorer l’aspect de l’ongle par une intervention réparatrice. Des soins de pédicurie (découpage de l’ongle) ou la pose de faux ongles sont parfois utiles. Il est nécessaire de demander un avis spécialisé pour connaître le traitement le plus adapté au cas de votre enfant.

 

Chez les adolescents et les seniors

Traitement préventif
Eviter de couper les ongles dans les coins quand cela est possible. Faire des soins antiseptiques adaptés dès l’apparition d’une inflammation.
Faire des soins de pédicurie adaptés en dehors des périodes de poussée.Utiliser des chaussures suffisamment larges.

Traitement curatif

Traitement antibiotique et antiseptique (bains de pieds avec un antiseptique à base de chlorhexidine par exemple).
Certains pédicures posent des pinces métalliques (orthonyxie) ou des bagues de résine pour tenter de « désincarner » l’ongle, au moins temporairement.

L’incarnation antérieure

Elle peut être prévenue en faisant poser un faux ongle trois ou quatre mois après la chute accidentelle d’un ongle de gros orteil. En cas d’infection, un traitement antiseptique et-ou antibiotique doit être mis en route.

Les interventions chirurgicales définitives

Une intervention chirurgicale est souvent nécessaire en cas de récidives fréquentes.

Intervention classique

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe chirurgicalement un croissant de chair sur le côté de l’ongle, comportant le côté de l’ongle et sa racine. La mise en place de points de suture est nécessaire pour refermer la plaie.
Inconvénients : douleur importante après l’intervention, nécessité d’un arrêt de travail de plusieurs jours, échec de la procédure trois à cinq fois sur cent.

 

Intervention au Laser CO2

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un petit garrot, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair. Il coupe chirurgicalement la chair de la base de l’ongle pour accéder à la matrice et détruit définitivement la racine fabricant la portion d’ongle qui s’incarne par photo-coagulation au laser. La mise en place de points de suture est nécessaire pour refermer la plaie.
Inconvénients : douleur provoquée par la plaie après l’intervention , cicatrice.

Intervention au phénol

Après une anesthésie locale à la base de l’orteil et la mise en place d’un garrot de doigt, le médecin coupe la languette d’ongle qui rentre dans la chair et détruit définitivement la racine fabricant la portion d’ongle qui s’incarne par une application de phénol.
Avantages : technique réalisée au cabinet du médecin sous anesthésie locale, quasi absence de douleur après l’intervention, pas d’arrêt de travail, aucune cicatrice visible.
Inconvénients : l’échec de la procédure deux à trois fois sur cent.

 

 

 ongle incarné des séniors (ongle en pince)                       ongle incarné                       ongle incarné (malposition congénitale des gros orteils)

Ongle incarné des seniors ou ongle en pince             Ongle incarné juvénile               Ongles incarnés des jeunes enfants